Propositions Hollande: retour à l’équilibre impossible, juge Bayrou

PARIS, 26 janvier 2012 (AFP) - Les 60 propositions avancées par le socialiste François Hollande ne permettront pas de revenir à l'équilibre des finances publiques, "ce n'est pas vrai, ce n'est pas imaginable", a déclaré jeudi François Bayrou, le candidat du MoDem à la présidentielle. "On ne reviendra pas à l'équilibre avec ce programme-là. Ce n'est pas vrai, ce n'est pas imaginable. Il n'y a pas dans ce programme une seule mesure d'économie", a souligné François Bayrou sur Radio Classique. "Ce programme est très éloigné de ce qu'il faudrait pour qu'on ait un retour à l'équilibre crédible", a poursuivi le leader centriste. Selon lui, "cela veut dire qu'ils (les socialistes) ont fait une croix sur le retour à l'équilibre simplement pour proposer au pays des mesures agréables que, d'ailleurs, on ne respectera pas". "Le programme (de M. Hollande) dissimule les efforts que la France va devoir faire, quels que soient les vainqueurs de l'élection", a-t-il relevé. "Si on ne revient pas à l'équilibre, le pays va continuer…

Continuer la lecture

Bayrou à propos de Hollande: « mon ennemi, c’est le chômage »

BREST, 23 janvier 2012 (AFP) - Le président du Modem, François Bayrou, a affirmé lundi à Brest que son "ennemi, c'est le chômage", se démarquant ainsi du candidat PS François Hollande qui avait affirmé dimanche: "mon ennemi, c'est la finance". "Le Parti socialiste est un grand parti qui a beaucoup d'argent, beaucoup de moyens, qui peut faire des grands meetings, mais j'ai un désaccord de fond avec François Hollande. Il a dit: +mon ennemi, c'est la finance+. Moi, je dis: +mon ennemi, c'est le chômage+", a déclaré M. Bayrou lors d'un point-presse. "Moi, je sais les dégâts que fait le chômage dans les familles, je sais les dégâts que fait le pouvoir d'achat qui s'effondre", a poursuivi le candidat du Modem à la présidentielle. "Je sais la menace sur le déficit et la dette que j'ai été le premier a dénoncer, et dont on voit aujourd'hui la catastrophe qui nous guette. Et ce n'est pas une finance lointaine, dont on ne sait pas qui elle est, ce…

Continuer la lecture

Elections européennes: égalité des intentions de vote entre l’UMP et le PS

L'UMP et le PS de Martine Aubry sont à égalité, 22%, des intentions de vote aux élections européennes de juin prochain, selon la première enquête Ifop-Match sur le sujet diffusée mercredi. Ils sont suivis par le MoDem de François Bayrou (12%), les Verts et écologistes soutenus par Daniel Cohn-Bendit et José Bové (11%), dans ce sondage réalisé après l'arrivée de Martine Aubry à la tête du PS. Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot recueille 8% des intentions de vote, le Front national 7%. Toutes les autres listes feraient moins de 5% : le PCF 4%, autant que Lutte ouvrière et que le Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, Chasse Pêche Nature et Traditions 3%, le Nouveau Centre d'Hervé Morin 2% et Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan 1%. 9% des Français ne se prononcent pas. L'Ifop relève que les scores du PS et de l'UMP sont "modestes", totalisant moins de la moitié des intentions de vote, et attribue ce résultat à "l'éclatement de…

Continuer la lecture

AFP – Bayrou (MoDem) sur la crise: « mes interrogations sont entières » après le G4

AFP - Dimanche 5 octobre, 15h43 PARIS (AFP) - Le président du MoDem François Bayrou a affirmé dimanche que ses interrogations restaient "entières" au lendemain du mini-sommet européen réuni samedi à l'Elysée sur la crise financière mondiale, qui n'a pas débouché selon lui sur des mesures "concrètes". "Mes interrogations sont entières et je n'ai pas trouvé dans les annonces ou les décisions prises à la suite du sommet de l'Elysée, de choses extrêmement concrètes", a déclaré le leader centriste sur Radio J. Parlant "d'intentions, naturellement positives", il n'y a cependant "rien" vu "de nature à régler la crise ou, en tout cas, à faire repartir l'économie et la finance sur des bases saines". Dans le communiqué final du sommet de samedi, M. Bayrou a vu "une intension, un voeu", dont il espère qu'il ne s'agisse pas "d'un voeu pieux", mais "en aucun cas une décision concrète opposable aux tiers". Comme on lui demandait si le pic de la crise était passé, M. Bayrou a jugé au contraire…

Continuer la lecture