Sud Ouest : « En marche vers les municipales »

Sud Ouest : « En marche vers les municipales »

Les centristes girondins se mettent en ordre de marche pour les élections de 2014.

Le Modem girondin tenait hier soir à la Maison cantonale de Bordeaux-Bastide son conseil départemental. Un conseil largement consacré aux élections municipales de 2014 auxquelles les centristes vont participer « sans peur et sans complexe », selon leur président départemental Joan Taris, élu d’opposition à Blanquefort et annoncé au Bouscat.

Si les élus et les militants du Modem sont si « bien dans leurs baskets », toujours selon Joan Taris, c’est parce qu’ils bénéficient en Gironde et en Aquitaine d’un « micro-climat favorable » grâce à la présence de Jean Lassalle et bien sûr de François Bayrou auxquels les centristes girondins restent fidèles malgré son vote en faveur de François Hollande. « Ce qui se passe en France montre que son diagnostic était juste et pertinent », souligne Joan Taris pour qui le président du Modem n’a pas dit son dernier mot.

« En tout cas, relève Pierre Braun, délégué départemental du Modem, Jean-Louis Borloo ne s’est toujours pas imposé comme chef de file incontestable de la galaxie centriste. »

Le Modem girondin, s’il est un des rares de France, voire le seul, à avoir créé avec l’UDI de Jean-Louis Borloo une confédération (en l’occurrence Gironde au Centre) insiste sur sa volonté d’aller au combat municipal avec ses valeurs, ses idées, sa personnalité.

Le premier objectif est bien sûr de reprendre la Communauté urbaine aux socialistes aux côtés d’Alain Juppé. Mais le Modem tient à préserver aussi son attrait pour le pluralisme politique et le conseiller général de Blaye, Xavier Loriaud, est prêt à repartir aux municipales avec Denis Baldès, un maire qui a soutenu François Hollande.

Doté désormais d’un comité exécutif départemental, le Modem se dit serein avant les échéances électorales. Et, au Conseil général, José Bluteau (Pellegrue) vient de rejoindre Xavier Loriaud. « Nous venons de doubler nos effectifs. Qui peut en dire autant ? », s’exclame Alain Cazabonne, le maire de Talence.

Source : Sud Ouest du 08/03/13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *