Sud Ouest du 18/04/12 : « Bayrou est le seul à tenir le discours de la vérité »

Sud Ouest du 18/04/12 : « Bayrou est le seul à tenir le discours de la vérité »

2 000 personnes sont attendues demain à Bordeaux pour l’ultime meeting du premier tour.

Plus habitué des prétoires que des meetings, l’ancien haut magistrat Claude Jorda sera demain soir l’un des hôtes de François Bayrou, en sa qualité de président de son comité de soutien en Gironde. Une fonction qu’il a assumée avec autant de conviction que de curiosité, découvrant de près le fonctionnement et les coulisses d’une campagne. « Chez Bayrou, il y a beaucoup de dynamisme, de jeunesse, d’enthousiasme. Et j’ai surtout côtoyé des gens qui, comme moi, veulent sortir de ce bipolarisme figé entre la droite et la gauche. »

De Bayrou, Claude Jorda – qui se revendique homme de gauche – aime « le discours de vérité, face aux discours illusionnistes et trompeurs des deux principaux candidats ». Plus direct dans son expression, Joan Taris, le président du Modem en Gironde, reconnaît que son champion « tient un discours moins sexy que ses concurrents. Mais il ne berce pas les Français dans la démagogie ».

« Croire en son combat »Pour Joan Taris, le député béarnais est à maturité pour diriger la France. « Plus encore qu’il y a cinq ans », assure-t-il. Ah, s’il n’y avait ces fichus sondages qui le placent loin de la finale, même si personne au Modem ne veut les prendre comme seule boussole tout en admettant que le moral en prend quand même un coup. « L’honneur de la politique, c’est de croire en son combat et de se battre jusqu’au bout », assure Joan Taris.

Pour lui, comme pour Claude Jorda, le Béarnais n’a pas d’autre choix demain soir. Devant les 2 000 personnes attendues au hall 3 du Parc des expositions, il devra « tout lâcher, mettre ses tripes sur la table ». « C’est le dernier meeting du premier tour, explique Joan Taris, la dernière occasion qu’il a de montrer qu’il est la seule voie raisonnable pour sortir de la crise, qu’il est le seul à tenir le discours de la réalité. Rien n’est perdu. »

Bordeaux n’a pas été choisie par hasard. Bayrou le rappelle à chaque fois qu’il y vient. Il a des liens affectifs avec cette ville où il a étudié et où il s’est marié. Jacques Chaban-Delmas, le père de la « Nouvelle société », est un de ses modèles politiques. Et puis, Bordeaux et l’Aquitaine restent un terreau centriste. L’un des derniers, comme cela s’est vérifié lors des régionales 2010 derrière l’inusable Jean Lassalle qui sera évidemment là avec les autres compagnons des bons et des moins bons jours, dont Jean-Jacques Lasserre.

Source : Sud Ouest du 18/04/12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *