Voeux du Modem Gironde

Voeux du Modem Gironde

Grand succès pour les voeux du Modem Gironde autour d’une galette qui a sacré de nombreux rois.

Le message porté par notre président, Joan Taris, était clair :
 » Revenons tout simplement aux sources de notre engagement et de nos fondamentaux : nos valeurs, celle de la famille d’équilibre que nous représentons dans la politique française, la famille des « passionnément modérés ». Et, encore et toujours, traçons notre sillon… »

Primaires : soutien à Alain Juppé

Primaires : soutien à Alain Juppé

Je me suis engagé en politique il y a 23 ans, au centre, dans la famille des démocrates sociaux, héritiers d’une grande histoire marquée notamment par le MRP, militants de l’humanisme et du personnalisme communautaire, de la construction européenne, d’une économie sociale de marché à la fois efficace et attentive aux plus faibles, du sérieux gestionnaire et budgétaire, d’une société pluraliste, ouverte et décentralisée, adversaires résolus des totalitarismes, des sectarismes, des dogmatismes, des intégrismes. 


Je n’ai jamais varié dans ces convictions et dans mon compagnonnage avec François Bayrou, que j’ai fidèlement soutenu dans ses candidatures présidentielles de 2002, 2007 et 2012.
Ce dimanche, et le dimanche suivant, c’est tout naturellement et en pleine cohérence avec cet ADN politique que j’irai voter Alain Juppé à la primaire de la droite et du centre. 


Gaulliste, issu du RPR, il vient d’une autre famille que la mienne et n’est pas centriste. Il est pourtant, et de loin, le plus qualifié pour redresser notre pays.
Par son bilan bordelais et métropolitain, qui démontre qu’une vision et une détermination politiques peuvent révolutionner un territoire pour le meilleur.
Par son programme et ses priorités claires et parfaitement centro-compatibles, les 3 « E » : Europe, éducation, économie.
Par sa volonté de réformer, renforcée par la perspective d’un seul mandat.
Par sa méthode, celle de l’apaisement et du rassemblement, qui ne dilue pas mais au contraire renforce la capacité à réformer.
Mais plus encore par l’homme qu’il est, que j’ai eu l’occasion d’approcher souvent sans être dans son entourage proche : un humaniste sincère, un homme de parole, un homme d’honneur. Un homme étonnamment accessible, simple, convivial même, comme on l’est dans notre Sud-Ouest ! Un homme d’Etat à la dimension de la tâche, immense, qui s’annonce.
Par les temps que nous vivons, c’est cette « vérité d’un homme » qui compte le plus, plus que tous les programmes ou discours électoraux. C’est ce qu’un candidat a « dans le bide » qui fait la différence et fera, ou pas, un grand et un bon président. 


Les 20 et 27 novembre, avec mes amis MoDem, UDI, centristes, LR, gaullistes, républicains de droite, avec aussi nos concitoyens issus du centre-gauche et de la gauche et déçus du quinquennat actuel, mais aussi ceux revenus de l’impasse du FN, avec tous les patriotes sans affiliation politique mais désireux de s’impliquer sincèrement pour leur pays, notre République, avec des millions de Français responsables et libres, je glisserai dans l’urne de mon bureau de vote de la salle des pas perdus de la mairie du Bouscat un bulletin au nom d’Alain Juppé.

Joan Taris, Président du Modem Gironde

Retour sur la convention départementale du Modem

Retour sur la convention départementale du Modem

Les militants et sympathisants du Modem Gironde étaient réunis ce samedi 29 novembre au Taillan-Médoc autour des Élus et des responsables du Mouvement pour leur convention départementale. Les adhérents étaient invités à se prononcer sur le renouvellement de leurs instances départementales. A l’issue du vote, c’est Joan Taris, le président sortant qui a été reconduit à une très large majorité pour un nouveau mandat. Concernant le Conseil départemental, c’est la liste Convictions et Ambition qui a remporté l’élection.

Revenant sur l’action du mouvement, militants et responsables départementaux ont salué les succès enregistrés par leurs candidats lors des élections municipales avant de présenter les premiers candidats aux prochaines élections départementales de mars 2015. Présent pour l’occasion, le député européen du Modem Robert Rochefort a quant à lui insisté sur la nécessité d’oeuvrer à un large rassemblement des forces démocrates et républicaines pour entamer le redressement économique, politique et moral de notre pays.

 

photo 2  photo 3

 

 

 

 

photo 1

Jean Lassalle réfléchit aux prochaines élections régionales

Jean Lassalle réfléchit aux prochaines élections régionales

Retrouvez l’article d’Aqui.fr à l’occasion de la réunion publique autour de Jean Lassalle à Saint-Médard-en-Jalles!

MoDem-UDI étaient présents jeudi soir à Saint-Médard en Jalles pour la première réunion publique de Jean Lassalle, député centriste, qui s’est notamment illustré par son « tour de France » à pied en avril dernier. Devant un public attentif, il a fait part des craintes des citoyens qu’il a rencontrés dans sa marche, de la peur de l’extrémisme et de la colère des français face à l’inaction du monde politique. Cette première réunion était aussi l’occasion de parler de son éventuelle future candidature à la Présidence du Conseil régional d’Aquitaine.

« Nous avons choisi de vivre dans cette belle région, nous avons aimé y rester. Alain Juppé a rendu l’Aquitaine fier de Bordeaux », a déclaré Jean Lassalle en guise de préambule à une première réunion publique qui s’est tenu jeudi soir à Saint-Médard en Jalles, devant un parterre de militants centristes. En avril 2013, ce député et vice-président du MoDem avait quitté les bancs de l’Assemblée pour partir faire un « tour de France » à pied, à la rencontre des habitants. Un périple de 9 mois et de plus de 5000 kilomètres dont il a tiré certains enseignements. « Je suis parti parce que je n’ai pas pu me dérober. La situation de notre pays m’inquiétait, je voulais donc poser un acte qui interpelle. L’ambiance est d’ailleurs la même dans la majorité des pays d’Europe. Alors même que nous sommes à l’avant-garde de la démocratie, j’ai vu un pays qui ne croit plus en rien ni en personne, qui a peur, ne se voit pas de futur ni d’horizon », a ainsi déclaré Jean Lassalle.

« Les français détestent les hommes politiques »

Le député centriste est notamment revenu sur les dernières élections européennes et le score important obtenu par le Front National en France : « C’est en additionnant les voix des extrèmes dans tous les pays d’Europe qu’on obtient les réultats du FN en France. C’est dramatique ». Engagé, notamment sur la réforme territoriale, Jean Lassalle juge que « s’il y a bien une réforme à laquelle nos concitoyens devraient se sentir associés, ce serait celle-ci. Alors même qu’ils sont persuadés que l’on est en train de redresser un pays dans lequel l’industrie s’est effondrée, nous passons notre temps à s’occuper des cantonales, des régionales, et des scrutins qui suivront. Ca ne peut pas marcher ».

« J’ai vu à quel niveau nos citoyens n’ont plus confiance. Ils nous détestent, et sont persuadés que ça va mal finir. L’ambiance à Paris est triste. La majorité actuelle ne ressemble pas à une majorité, je ne sais même pas par quel miracle ils arrivent encore à voter les budgets », a notamment asséné le député, peu avare de petites phrases. « Nos concitoyens pressentent que ce que nous vivons, c’est beaucoup plus qu’une crise, c’est un changement de monde. Je crois à la conscience des peuples, ils sentent les menaces et les fulgurances. Nous avons fait le choix de la mondialisation, mais nous n’avons plus d’objectif. Il faut pousser les gens à redevenir des citoyens car la première chose qui devrait caractériser la politique, c’est l’idéal ».

« Je ne veux pas prendre ma décision trop vite »

Qualifié d' »extraterrestre » de la politique par les élus locaux lors de cette réunion publique, Jean Lassalle ne devrait pas s’arrêter là, mais multiplier les rencontres avec les militants centristes dans les prochains mois. Quant à l’appel lancé par Yves D’Amécourt, Conseiller général UMP et Joan Taris, Conseiller régional MoDem, de se porter candidat à la présidence du Conseil régional d’Aquitaine en 2015, il avoue sérieusement y réfléchir mais se donne le temps de prendre sa décision. « S’il y a suffisamment de monde mobilisé derrière mois, je le ferai. Je ne veux pas prendre ma décision trop à la hâte, mais j’y pense », a-t-il ainsi affirmé.

 

Jean Lassalle, comme une évidence!

Jean Lassalle, comme une évidence!

Notre pays connaît une période de bouleversements sans précédent. À la crise économique et sociale, s’est ajoutée une crise morale et institutionnelle qui bloque toute tentative de réforme et contribue à détourner chaque jour les Français de la chose publique.

C’est dans ce contexte qu’interviennent une réforme des collectivités locales et un redécoupage des Régions qui vont profondément modifier l’organisation de nos territoires. D’annonces de communicants en improvisations politiques, la méthode qui a prévalu est regrettable et lourde de conséquences. Elle doit nous conduire à nous interroger, nous, responsables politiques, sur la façon d’associer nos concitoyens à ces changements dont ils sont les premiers sujets autant que les premiers acteurs.

Car l’Aquitaine est à la croisée des chemins. Pleine de richesses et de potentialités, elle est sur le point de rejoindre le Limousin et le Poitou-Charentes au sein d’une nouvelle entité qui, depuis les cimes pyrénéennes jusqu’au plateau de Millevaches en passant par le Marais poitevin, réunira près de 6 millions d’habitants sur un sixième du territoire national. L’enjeu est de taille : de territoires aux réalités diverses, sinon disparates, devra naître une seule et unique Région.

Aussi croyons-nous en la nécessité d’initier dès sa mise en place une dynamique collective, non pas des technostructures, mais des femmes et des hommes.

C’est pourquoi nous appelons à un rassemblement large autour d’une personnalité forte dans la perspective des échéances régionales de décembre 2015.

Parce qu’il incarne auprès de nombreux Français une façon plus humaine de conduire l’action publique, par sa capacité à s’adresser, au-delà des clivages, à des populations très différentes, nous croyons que Jean Lassalle est à même de susciter l’adhésion autour de cette démarche de rassemblement.

Par sa longue expérience d’élu de terrain et de parlementaire, par les responsabilités qu’il exerce au sein d’associations locales et internationales, par son engagement sans faille pour défendre ses administrés, nous sommes convaincus que Jean Lassalle, entouré d’une nouvelle génération d’élus, saura proposer un projet ambitieux et innovant, fondé sur la reconnaissance de nos territoires et de ceux qui les peuplent.

Nous appelons à la réflexion autour de quelques priorités qui pourraient orienter notre action pour les années à venir autour d’une idée-force : faire de la Région une collectivité plus proche du citoyen. Dans un contexte de défiance politique généralisée, celle-ci aura plus que jamais le devoir d’être un soutien fort autant qu’un interlocuteur direct. Elle devra faire davantage pour accompagner les entrepreneurs des PME et TPE, les agriculteurs, les commerçants et artisans, en favorisant le développement d’une économie de proximité. Elle aura la responsabilité de tirer avantage de la diversité des secteurs d’activité présents pour organiser leur compétitivité et leur rayonnement à l’échelle européenne. Elle devra faire du haut débit et du téléphone mobile pour tous une réalité dont l’absence dans les zones les plus reculées constitue un frein majeur au développement de l’activité. Elle mettra en place une grande politique pour la jeunesse, avec une ambition marquée pour un développement massif des formations en alternance.

Les chantiers sont nombreux, et le risque est grand de voir cette réforme plonger notre région dans le désordre et l’immobilisme. Mais, si nous savons entendre les attentes de nos concitoyens et y apporter des réponses adaptées, alors elle peut être une chance.

Nous en appelons à toutes celles et ceux qui souhaitent saisir cette chance pour donner un élan nouveau à notre région.

Nous appelons Jean Lassalle à prendre la tête du rassemblement que nous voulons construire lors des prochaines élections régionales pour donner à cette immensité un visage et un horizon, celui de la confiance.

Yves d’Amécourt,conseiller général de la Gironde, maire de Sauveterre-de-Guyenne et secrétaire national de l’UMP.

Joan Taris, conseiller régional d’Aquitaine, adjoint au maire du Bouscat, président du Modem Gironde.

Source: Sud-Ouest