« Yildiz entre au Modem »

L'élu, en dissidence, de la majorité municipale continuera à siéger en « indépendant ». Le week-end dernier lors du Printemps démocrate, rassemblement départemental du parti centriste, le parti était fier d'annoncer la nouvelle recrue, ancien Talent des cités : Mustafa Yildiz venait de prendre sa carte dans le mouvement emmené par François Bayrou. Quelques semaines après sa démission du groupe de la majorité municipale cenonnaise (PS-PC-Verts), le fait ne semble pas être anodin. « Ce n'est qu'une coïncidence », tient à souligner l'intéressé. Je suis proche du Modem depuis longtemps, j'ai simplement officialisé la chose. » On doute quand même que le maire sortant Alain David ait eu l'idée de le mettre sur sa liste s'il avait été encarté. Une tribune dans le bulletin « Adel Ben Hadj M'Barek n'a pas fait la même démarche et nous continuerons à composer le groupe Indépendants pour Cenon, au Conseil municipal », explique M. Yildiz. Les deux élus disposeront d'ailleurs d'une tribune dans la publication municipale à partir du prochain…

Continuer la lecture

Sud Ouest : Fédérer les centristes

MODEM. La Fédération des élus démocrates est lancée en Gironde. Elle se réunissait samedi à Blaye Dans le grand débat territorial en cours, le Modem a été plutôt discret, laissant socialistes et UMP en découdre publiquement. Pour autant, il n'est ni indifférent, ni inactif. La Fédération des élus démocrates (FED), mise en place en juin dernier lors d'une convention à Barsac, a justement pour but de regrouper les énergies des démocrates ou assimilés qui pourraient se sentir un peu dispersés ou isolés dans leur secteur. La présidence en incombe au conseiller général et adjoint au maire de Blaye, Xavier Loriaud, qui a présenté récemment cet organisme à la presse avec le président départemental Joan Taris. Formation des élus « La FED existe déjà au niveau national, elle est présidée par Jacqueline Gourault, élue du Loir-et-Cher ; en Gironde, nous comptons 120 adhérents », précise Xavier Loriaud. Comme son équivalent socialiste présidé par Alain Anziani, la fédération démocrate a surtout pour but de former les nouveaux élus, urbains…

Continuer la lecture

Sud-Ouest : Le MoDem girondin toujours très autonome

RÉGIONALES. Le parti centriste vise plus de 10 % au premier tour, faute de quoi il pourrait se retirer Le MoDem girondin toujours très autonome   Joan Taris (au centre), flanqué d'Alain Cazabonne et Jacques Mangon. (PHOTO LAURENT THEILLET)   À l'évidence, il y a eu un peu de flottement au MoDem après le fameux rassemblement de Marseille où le socialiste Vincent Peillon et la centriste Marielle de Sarnez ont donné l'impression de pouvoir s'unir. Mais le discours de François Bayrou à la Grande Motte a recadré les cadres. Au conseil départemental de lundi soir, le président girondin Joan Taris s'est attaché à répondre au « questionnement » des adhérents : « Notre objectif est désormais d'ouvrir la discussion, non pas avec les appareils où il y a des réticences très lourdes, notamment au PS girondin, mais avec les électeurs, ce qui est conforme à la ligne que nous suivons depuis la présidentielle de 2007. » Lors d'une conférence de presse à Bordeaux, l'état-major du MoDem départemental,…

Continuer la lecture

Sud-Ouest : Le chef au centre

LE MODEM 33 APRÈS LA GRANDE-MOTTE. Les édiles centristes girondins convaincus par la stratégie de François Bayrou Le chef au centre   Alain Cazabonne et Joan Taris, plus que jamais aux côtés de François Bayrou. (Archives Ph. Taris et A. sioc'han)   «Quand Nicolas Sarkozy débauche des socialistes, cela ne choque personne mais quand François Bayrou veut discuter avec les socialistes, il passe pour un gauchiste. » De retour de l'université d'été du Modem qui s'est déroulée ce week-end à la Grande Motte (Hérault), Alain Cazabonne ne se dit pas surpris par la position prise par son leader (lire « Sud Ouest » d'hier). Pour lui, « l'enjeu aujourd'hui est d'amorcer une alternance » dans la perspective de la présidentielle de 2012. Alain Cazabonne n'oublie pas qu'il a voté pour Nicolas Sarkozy au second tour en 2007. Mais il ne se reconnaît pas dans la politique élyséenne menée aujourd'hui : « Et je pense que certains gaullistes historiques ne s'y retrouvent pas non plus. » Modèle de…

Continuer la lecture