Sud Ouest : « Bordeaux : chez Mollat, François Bayrou soigne sa popularité »

Le président du Modem a fait salle comble hier et évoqué son combat favori : l’unité nationale Si jamais François Bayrou était inquiet (mais il ne l’est pas) sur sa cote de popularité auprès des Français, son étape chez Mollat et dans les rues de Bordeaux, hier en fin d’après-midi, auraient eu vite fait de le rassurer (lire également page 7). Autographes, poignées de main et embrassades pour le bref trajet à effectuer entre la place Pey-Berland et la librairie où, dans les salons, il fallait accepter de rester debout si on ne s’était pas présenté avec un peu d’avance à la conférence du président du Modem, qu’a parfois tenté d’interrompre le politologue Jean Petaux. Car, lorsqu’on lance François Bayrou sur son sujet de prédilection, l’unité nationale, autant se résoudre à un monologue de celui qui a concouru à trois reprises au marathon de l’Élysée. Selon le Béarnais, pour s’attaquer aux problèmes économiques et moraux dont souffre le pays, il faut l’unité nationale. « Pas celle qui…

Continuer la lecture

Sud Ouest : François Bayrou : « Si la droite avait été à l’image de Juppé… »

Le président du Modem et le maire de Bordeaux se sont rencontrés vendredi en Gironde. Retrouvailles entre deux hommes qui aspirent à être des sages. On pourrait appeler ça la rencontre des Premiers ministres virtuels. Si Nicolas Sarkozy avait été réélu chef de l’État, Alain Juppé aurait retrouvé, seize ans après, son bureau à Matignon. Quant à François Bayrou, si on en croit le sondage paru dans le dernier « Journal du dimanche », c’est lui que les Français verraient conduire un gouvernement d’unité nationale. Dans lequel Alain Juppé aurait certainement un ministère important. Sauf que le maire de Bordeaux ne croit pas à cette fameuse unité nationale dont le Béarnais a fait son cheval de bataille. « Il n’y croit pas aujourd’hui. Mais demain ? » lance le président du Modem. Ce gouvernement virtuel a évidemment fait partie des sujets que les deux hommes ont abordés, en toute sérénité, hier après-midi, dans le bureau d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux. François Bayrou était en effet…

Continuer la lecture

Sud Ouest : « En marche vers les municipales »

Les centristes girondins se mettent en ordre de marche pour les élections de 2014. Le Modem girondin tenait hier soir à la Maison cantonale de Bordeaux-Bastide son conseil départemental. Un conseil largement consacré aux élections municipales de 2014 auxquelles les centristes vont participer « sans peur et sans complexe », selon leur président départemental Joan Taris, élu d'opposition à Blanquefort et annoncé au Bouscat. Si les élus et les militants du Modem sont si « bien dans leurs baskets », toujours selon Joan Taris, c'est parce qu'ils bénéficient en Gironde et en Aquitaine d'un « micro-climat favorable » grâce à la présence de Jean Lassalle et bien sûr de François Bayrou auxquels les centristes girondins restent fidèles malgré son vote en faveur de François Hollande. « Ce qui se passe en France montre que son diagnostic était juste et pertinent », souligne Joan Taris pour qui le président du Modem n'a pas dit son dernier mot. « En tout cas, relève Pierre Braun, délégué départemental du Modem,…

Continuer la lecture

Sud Ouest du 07/03/13 : «Les centristes veulent faire feu aux municipales»

Au sein du mouvement Médoc au centre, la famille centriste joue la carte du rassemblement pour les prochaines municipales.   «Toutes les composantes du centre en ordre de marche en vue des prochaines élections municipales en Médoc. » Hier matin, à l'occasion d'une conférence de presse initiée par Gironde au centre - une formation rassemblant l'UDI et le Modem - c'est le message qui a été lancé par un groupe constitué de 14 personnalités : des militants, élus locaux et responsables politiques girondins. Le mouvement départemental, qui a évidemment sa déclinaison sur la presqu'île avec Médoc au Centre, est copiloté par Nathalie Delattre (PR) et Joan Taris (Modem). Ce binôme cherche aujourd'hui à rassembler le plus possible, à un an d'un scrutin important, pour la famille centriste. L'objectif est très clair. Il s'agit, après les élections présidentielles et législatives, de tenter de redonner une voie qui porte à cette famille politique. Le passé pour modèle En introduction de la conférence de presse, Joan Taris n'a d'ailleurs pas…

Continuer la lecture
Le Modem prépare les élections municipales dans le sillage d’Alain Juppé
Le conseil départemental du Modem réuni à Cenon. PHOTO H.M.

Le Modem prépare les élections municipales dans le sillage d’Alain Juppé

Joan Taris, président du Modem girondin, a réuni son conseil départemental à Floirac. À l'ordre du jour figuraient les élections municipales, en particulier la recherche d'élus locaux pour les futures échéances « car nous travaillons très en amont », explique Joan Taris. On voit par là que le Modem n'a nullement l'intention de baisser pavillon alors que monte l'étoile de l'Union des démocrates indépendants (UDI) de Jean-Louis Borloo. Précisément, les amis de François Bayrou continuent de travailler au sein de l'association Gironde au centre avec le Parti radical, membre de l'UDI. Et toujours dans une logique de partenariat avec Alain Juppé, que Joan Taris ne confond pas avec l'UMP, comme s'il représentait à lui seul une entité à part dans le parti de Jean-François Copé. En contrepartie, le Modem attend du maire de Bordeaux un geste significatif en matière d'investitures, en particulier sur la Communauté urbaine : « Notre but est d'aider Juppé à conquérir la CUB », dit-il sans ambages. Avec en tête une ville clé…

Continuer la lecture

Gironde au centre s’impose

Modem et Parti radical s'associent pour offrir une nouvelle donne au centre-droit et peser davantage sur les futures investitures. L'affaire s'était conclue pendant la campagne des législatives, mais elle était passée plutôt inaperçue. Néanmoins, pendant tout l'été, Joan Taris pour le Modem, Nathalie Delattre pour le Parti radical valoisien et leurs amis ont poursuivi leur idée de constituer une association. Son nom : Gironde au centre. Les statuts ont été déposés ; le conseiller régional blanquefortais et la maire adjointe bordelaise en sont les coprésidents. Un nouvel UDF ? « C'est 1+1 = 3 », commente Joan Taris, manière de dire que la réunion des deux partis du centre n'aboutit pas à une fusion mais à une nouvelle entité dont le but est de faire école en dehors du département. Une autre UDF est-elle donc en gestation ? « On ne refait pas le passé », riposte Joan Taris, qui a été adhérent de l'ancien mouvement giscardien. C'est néanmoins un peu l'idée. Les deux coprésidents ne cachent…

Continuer la lecture