Bordeaux Métropole : le sectarisme remplace la cogestion.

Bordeaux Métropole : le sectarisme remplace la cogestion.

Depuis sa fondation en 1968, la gouvernance de Communauté Urbaine de Bordeaux et aujourd’hui de Bordeaux Métropole repose sur le principe de la cogestion : les 28 maires légitimement élus et les différentes sensibilités politiques s’entendent en toute transparence sur un projet de mandature et les élus qui formeront l’exécutif.

Nos concitoyens plébiscitent ce mode de gouvernance qui consiste à faire s’entendre les bonnes volontés et effacer les querelles politiciennes.

La cogestion n’a jamais été remise en cause, ni par Jacques Chaban-Delmas, ni par Michel Sainte-Marie, ni par Alain Juppé, ni par Alain Rousset, ni par Vincent Feltesse, ni par Patrick Bobet. Depuis 20 ans, elle a permis de créer une dynamique de rassemblement pour transformer notre territoire et le rendre attractif.

Alors même que l’ancienne majorité de la droite et du centre emmenée par Alain Juppé avait choisi d’être respectueuse et généreuse envers la minorité de gauche en 2014, la nouvelle majorité socialiste et écologiste a décidé d’exclure 11 communes de la gouvernance métropolitaine au seul motif que les maires pourtant légitimement élus ne sont pas de la même sensibilité politique.

Rappelons que sans la cogestion, le tres contesté projet de stade nautique de Mérignac n’aurait jamais été voté… Et l’Aréna serait-elle à Floirac ?

« Alors que Pierre Hurmic et les écologistes dénoncent une métropole « club de maires », ils choisissent d’en faire un club de partis politiques. En façade, les gauches prônent l’ouverture mais en coulisses, c’est le sectarisme installé en mode de gouvernance » dénonce Fabien Robert, Conseiller municipal et métropolitain de Bordeaux, Président du Mouvement Démocrate de Gironde.

En choisissant d’humilier 250 000 habitants, soit un tiers de la population métropolitaine et 40% des communes, le Président Alain Anziani et sa majorité démontrent qu’ils n’ont pas retenu les enseignements du dernier scrutin municipal lors duquel jamais l’abstention n’avait été aussi élevée.

Le Mouvement Démocrate de Gironde dénonce avec la plus grande fermeté cette attitude autoritaire et doctrinaire et s’inscrira dorénavant dans une opposition politique franche et respectueuse de tous les territoires de notre métropole.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.